SNUipp FSU Maroc

SNUipp FSU Maroc

29 septembre 2016 Lettre intersyndicale au Directeur de l'AEFE

Rabat, le 29 septembre 2016 Les représentants du personnel SE-UNSA et SNUipp-FSU           à         Monsieur le Directeur de l’AEFE
 
Monsieur le Directeur,
 
Nous tenons par la présente à vous faire part de la déception et du mécontentement des enseignants du 1er degré et de leurs représentants.
Lors de la CCPL du 20 mai 2015, en réponse aux revendications clairement exprimées de différentes manières, l’administration avait assuré qu’elle partageait le souci de limitation des effectifs des enseignants, pour les mêmes raisons qu’eux d’une part, pour des raisons techniques d’autre part. En effet il n’y aurait plus d’ouvertures de classes, la disparition des « classes bulles » ne permettrait plus l’augmentation des effectifs et les arrivées tardives seraient moins nombreuses en 2016. Les CP devaient être limités à 26, les maternelles et les CE à 28 et les CM à 28 également dans un délai de deux ans.
Or, force est de constater que les effectifs restent lourdement chargés dans de nombreuses classes, dans des locaux souvent inadaptés à un tel nombre d’élèves. L’accueil d’élèves à besoins particuliers parfois accompagnés d’AVS complique encore la tâche des enseignants.
De plus, les entrées tardives sont plus nombreuses que prévu.
Bien que des tests d’entrée n’aient pas été organisés à tous les niveaux, les classes ont été complétées à ou après la rentrée, et l’effet de limitation des effectifs n’a pas été atteint.
Les représentants du personnel, qui avaient rapporté cette nouvelle politique à leurs collègues, ont aujourd’hui l’impression d’avoir été trompés et n’aborderont plus de la même façon le dialogue avec l’administration, dialogue jusqu’ici constructif, comme nous vous l’avions fait savoir lors de votre dernière visite.
Les organisations professionnelles appelleront les collègues à manifester leur mécontentement et informeront les associations de parents d’élèves de cette situation regrettable.
Au moment où de nouvelles écoles ouvrent leurs portes avec comme argument un nombre limité d’élèves par classes, au moment où de graves difficultés de recrutement d’enseignants titulaires apparaissent en raison des refus de détachement, nous ne pouvons que nous inquiéter de l’avenir des écoles françaises au Maroc et émettre des réserves sur l’enseignement  d’excellence  prôné par l’AEFE.
  Soyez assuré,  Monsieur le Directeur, de toute notre considération.
 
Pour le SE-UNSA       Pour le SNUipp-FSU Annélise CARRIÉ       Bruno BEAURAIN



28/01/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 248 autres membres