SNUipp FSU Maroc

SNUipp FSU Maroc

Juillet 2015: OSUI Questions diverses de la CCP MLF

Extraits du compte-rendu de la CCP MLF du 1er juillet 2015.

Contrats OSUI

Les organisations syndicales demandent une modification du statut commun précisant que les contrats OSUI sont de droit privé français, et non de droit privé local comme stipulé dans le statut commun. La Mission laïque propose de le faire sous forme d’avenant. Le SNUipp désapprouve l’abandon de la tacite reconduction sur les nouveaux contrats proposés aux collègues en renouvellement.

Pour les agents qui ont refusé de les signer, les demandes de détachement ont bien été transmises cette année au MEN par la MLF. Cependant, la Direction générale continue à faire pression sur ces collègues et se réserve la possibilité d’opposer un avis défavorable au détachement (voir notre CR des CCP des 3 mars et 15 avril).

Statut commun des détachés

Le SNUipp et le SNES rappellent leur désaccord sur certaines dispositions du statut commun, notamment :

• la réintégration prononcée au terme de 3 mois de congé de maladie : ils demandent que cette durée soit portée à 6 mois et s’opposent au traitement des situations « au cas par cas »

• la durée du congé de maternité pour le 3e enfant : nos organisations syndicales demandent un alignement sur les textes France

Concernant l’application des dispositions du statut commun, le SNUipp et le SNES demandent que des consignes claires soient adressées aux chefs d’établissements qui gèrent parfois les situations de façon singulière.

Orientations stratégiques OSUI 2015-2018

Les extraits suivants attirent l'attention des organisations syndicales :

« Parmi les personnels non titulaires, beaucoup possèdent des compétences professionnelles avérées. C’est ce qui explique la qualité remarquable des résultats obtenus aux examens, ceux-ci n’étant donc en réalité nullement corrélés à l’importance de la proportion de titulaires, comme on le constate dans de nombreux pays ».

Les organisations syndicales estiment cette remarque inappropriée. Elle peut être mal interprétée car elle semble remettre en question l'apport des titulaires au sein du réseau. Les détachés sont, pour la plupart, recrutés au profil (CAFIPEMF...) et les classes charnière ou d'examen leur sont, le plus souvent, attribuées. Les parents tiennent également à préserver un niveau d'encadrement important en titulaires. Par ailleurs, la réussite aux examens est aussi liée à des facteurs externes (contexte socio professionnel, cursus scolaire...).

Selon le directeur général adjoint, les détachés ne sont pas « visés ». Il invoque le besoin de convaincre les parents d’élèves de la qualité des enseignements dispensés dans les établissements OSUI par tous les enseignants, quel que soit leur statut (contrats locaux, détachés du MEN ou du MEN marocain). Dont acte mais, pour le SNUipp, cette formulation est pour le moins maladroite et doit être supprimée.

 

« Dans chaque niveau primaire des établissements, un ou plusieurs tuteurs sont identifiés parmi les plus qualifiés des enseignants afin d’accompagner leurs collègues moins chevronnés »

Quid du mode de désignation (les maitres qui ont le CAFIPEMF seront-ils sollicités ?), de la rémunération et des décharges de service ? Rien n’est proposé actuellement. De plus, avec l’ouverture du nouvel établissement à Bouskoura (banlieue sud de Casablanca), le recrutement de personnels « moins chevronnés » va se poursuivre. La MLF reconnait ce besoin en formation mais n’annonce pas de modalité précise pour la mise en place de formations pour ces personnels.



31/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 242 autres membres