SNUipp FSU Maroc

SNUipp FSU Maroc

Octobre 2015: Maroc / Une certaine conception de la concertation

Une certaine conception de la concertation dans les écoles françaises

 

Les surprises de la rentrée :

Les effectifs

Pas vraiment une surprise ! Malgré une pétition en juin signée par plus de 350 collègues qui demandaient la maîtrise des effectifs pour pouvoir travailler dans de bonnes conditions, l’enquête de rentrée du SNUipp Maroc relève encore des CP à 30, (même si on note un effort pour limiter à 26 le nombre d’élèves dans ce niveau). Les classes de maternelle et de cycle 3 restent les niveaux les plus chargés. Affaire à suivre…

 

Le pôle de ressources pédagogiques et son plan de formation initiale des nouveaux collègues, avec comme seul moyen supplémentaire du temps pris sur les dispositifs PMQC et APC, ce qui impacte le travail des équipes. Ce plan n’a été discuté ni avec les enseignants ni leurs représentants, ni même avec les maîtres formateurs déjà en poste. 

 

La généralisation forcée à toutes les écoles AEFE du logiciel « Sacoche » pour les livrets scolaires en lieu et place de ceux élaborés par les enseignants ou les conseils des maîtres. Au même moment, la ministre annonce un livret scolaire simplifié pour la rentrée scolaire 2016-2017 et une application en ligne commune à tous les enseignants (1er et 2nd degré) pour notamment en finir avec  le livret personnel de compétences jugé d’une « exceptionnelle complexité ».

Si l'objectif d'une uniformisation d'un livret au niveau local peut tout à fait se justifier, il ne peut en aucun cas être imposé aux enseignants. En effet, ces derniers se doivent de respecter les programmes mais sont tout à fait libres pédagogiquement de concevoir leurs outils d'évaluation et leurs livrets.

Là encore, nous aurions aimé être consultés.

 

La visite de la Directrice de l’AEFE

Nous avons appris par hasard la présence de Mme Farnaud-Defromont à Rabat et Casablanca les 28 et 29 septembre derniers.

La Directrice ayant demandé à s'entretenir avec les élus aux conseils d'établissements des lycées Descartes et Lyautey, elle n'a, de fait, pas rencontré de représentants élus du 1er degré, ceux-ci ne siégeant pas dans ces conseils.

Nous  avons écrit au Conseiller Culturel pour lui faire part de notre étonnement et de notre déception. Nous lui avons demandé de transmettre à l’AEFE. Il nous a assuré qu’il n’y avait pas eu volonté d’écarter les représentants du 1er degré. Dans les faits, c'est pourtant bien le cas.

 

Pour le SNUipp-Maroc,

Bruno Beaurain



12/10/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 242 autres membres